Accéder au contenu principal

CRITIQUE : 13 REASONS WHY

Il y a quelques jours sur Netflix est sortie une de leurs nouvelles productions : "13 reasons why" et comme tout belle journée fleurie, nous nous sommes enfermés pour regarder les 13 épisodes poignants de cette série qui aux allures de stéréotypes n'en est peut-être pas un. 
Voici 3 raisons de regarder 13 reasons why.

1. POUR BRISER L'APRIORI

De l'extérieur, la série ressemble juste à une énième version de Newport Beach, Les Frères Scott ou même Riverdale. Avec un suicide en plus. 
Des ados footballeurs, des cheerleaders, et des geeks. La photo de classe n'est pas différente du panel habituel et pourtant. Et pourtant sous leurs airs d'anciennes générations, ces milléniales ne sont peut-être pas comme les autres. Ils semblent tout à fait normaux, agissent comme s'ils l'étaient, ne montrent pas forcément leurs sentiments, et pensent n'être responsables de rien. Comme si tout leur était dû. 13 reasons why vient poser un regard acerbe sur ces relations et sur comment ils ont tous leur part à jouer dans la vie de chacun, sur comment ils pourraient tous faire leur "Part du Colibri" mais surtout comment leurs actes ont toujours des conséquences sur les vies des autres.
Alors pour briser l'apriori des séries adolescentes à succès comme Vampire Diaries ou Gossip Girl, se plonger dans 13 reasons why semble être une nécessité pour comprendre la complexité des rapports d'aujourd'hui. Traitant à la fois d'homosexualité, ou de sexualité tout simplement, la série réussit à conduire un propos qui ébauche ou du moins dessine le contour de toutes les grandes interrogations qu'on peut avoir à 17 ans. 

2.  POUR SA SUBTILITÉ

Reprenant tous les codes des séries américaines estudiantines, 13 reasons why, installe un cadre faussement paisible. Sous sa belle exposition, et sa mise en scène léchée, la série installe un climat qui monte crescendo. Si au début, on trouve le concept un peu glauque, l'entrée en la matière est surprenante.Tout commence le lendemain du suicide d'une de leurs camarades : Hannah, Hannah Bakker. Cette jeune fille a laissé 13 cassettes, 13 enregistrements qui nous font peu à peu découvrir comment 13 personnes sont à l'origine de sa mort. La subtilité de la série vient de sa manière d'agencer chaque acte et chaque rebondissement comme un puzzle sans jugement. La neutralité, gage de la qualité de la série, passe par la justification que chaque personne s'occupe de ses problèmes et n'a peut-être pas le temps ou l'envie de regarder à côté. 

Mais en autres son côté fictionnel, la série veut surement prévenir. Du moins la réalisation basée sur les codes du thriller et du drame, nous mène entre moments d'insouciance et persécution, pour nous inciter à changer de point de vue et à voir en nos actes tout une multitude de répercussions. Et si le pire n'était de rien faire ? De voir sans rien faire, ou dire ? Nous découvrons les enregistrements via Clay Jensen, un adolescent qui nous rappelle Logan Lerman dans Le Monde de Charlie, et sans rien savoir de lui nous nous laissons guider dans sa quête de la vérité. Cependant, il découvre un monde de préjugés et de violence aussi bien morale que physique auquel il a plus au moins contribué sans le vouloir. Regarder sans agir, et pourtant ne pas voir tout ce qui se trame derrière semble être une grande thématique de l'intrigue. Légitimant certains sujets sensibles comme la difficulté de voir des pensées suicidaires, ou le harcèlement sexuel, 13 reasons why prend également le temps de dénoncer la culture du viol et ses conséquences psychologiques. 

3. POUR SA VOIX OFF

13 reasons why en utilisant la voix enregistrée d'Hannah choisit de nous plonger dans l'illusion qu'elle tire encore les ficelles. Si sur les premiers épisodes, nous sommes bien conscients qu'elle est morte et que la voix est issue des écouteurs de Clay, très vite la transition ne montre plus ces plans où on la voit face au micro, dès lors nous commençons à entendre sa voix comme si elle commentait juste ce qui se passe en ce moment de son point de vue. Le choix de poser une voix permet d'introduire la dualité à la série , extérieure - intérieure présente chez beaucoup d'adolescents et de se demander comment une ado a priori heureuse finit-elle par se suicider ? Avec la douce voie de Katherine Langford, nous plongeons dans l'enfer du "slut-shaming", de la course à la popularité et dans le sexisme de bas étage. 

L'impact de la série ne se dessine pas sur les premiers épisodes mais sur la continuité narrative qui nous entraine vers un enfer qu'on ne pensait pas si sombre. Bienvenue dans la version moins glamour de Riverdale et pourtant beaucoup plus réaliste. 

Manon Coaquette


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES SUPER-HEROS

LES SUPER-HÉROS Bonsoir les Cinéphiles, nous nous attaquons aujourd'hui à l'incontournable : les super-héros, figures emblématiques ils ont été adaptés sur tous les support, cinéma, jeux vidéos, figurines, en série, et j'en passe. Nous allons bien sur nous intéresser au cinéma, mais avant ça j'aimerai clarifier l'origine des super-héros.
On peut séparer les super-héros de l'univers des Comics en deux grands éditeurs, Marvel et DC Comics.

Marvel comics, plus souvent appelé Marvel, d'abord nommé Timely Comics puis Atlas Comics, est une subdivision Marvel Enterprises, une des maison d'édition les plus importantes du monde, crée en 1939 suite au succès de Superman. Chacune des maison d'édition a assemblé ses super-héros, Marvel a donc crée les Vengeurs (The Avengers).
Marvel Comics a notamment publié les comics des super héros suivants, mais que serait les super-héros sans leurs super-vilains, qui sont souvent leur Némésis, leur eux maléfique ? Voilà don…

CRITIQUE : FIVE / FIVE BONNES RAISONS D'ALLER VOIR FIVE

Comment parler de Five sans parler de réussite cinématographique ? A l'heure ou en France des navets comme Aladin ou Les Tuches, sortent et ridiculisent la comédie, d'autres pépites sortent et il est hors de question de ne pas aller les voir en salle.
                                                                             ★★★★★

Five est "undocumentaire animalier sur les 25 ans " d'après Igor Gotesman
La jeunesse est souvent représentée à l'écran : comme les adolescentes torturées dans, le très réussi, Respire, ou encore les enfants dans Le Nouveau. Mais quel est le point commun entre ces deux comédies hors leur intérêt pour la jeunesse ? Tout simplement, le fait qu'ils soient écrits par des scénaristes de plus de 40 ans. N'existe-t-il pas alors des jeunes qui veulent parler des jeunes ? De ce qu'ils connaissent et vivent au quotidien ? Certes le cinéma est l'art d'enjoliver mais il aussi une manière d'aborder et de retranscrire la ré…

THE 100 SAISON 2 OU L'ART DE GACHER UNE SERIE

ATTENTION CET ARTICLE SPOILE TOUTE LA SAISON 2 : A NE LIRE QU'APRES  AVOIR VU LE DERNIER EPISODE DE LA SAISON 2.

Après une saison 1, plutôt bonne dans l'ensemble la number 2, très attendue par les fans débarquait le 22 octobre sur les télés américaines. Ni une ni deux, nous avons suivis jusqu'au mercredi 12 mars cette deuxième saison. Recap sur comment la CW a ruiné un projet qui valait le coup... Au début. 
Après une apocalypse nucléaire causée par l'Homme lors d'une troisième Guerre Mondiale, les 318 survivants recensés se réfugient dans des stations spatiales et parviennent à y vivre et à se reproduire, atteignant le nombre de 4000. Mais 97 ans plus tard, le vaisseau mère, l'Arche, est en piteux état. Une centaine de jeunes délinquants emprisonnés au fil des années pour des crimes ou des trahisons sont choisis comme cobayes par les autorités pour redescendre sur Terre et tester les chances de survie. Dès leur arrivée, ils découvrent un nouveau monde dangereux…